First Man – Pat la réalisation

First Man

 

Synopsis

Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

⇓ Voir la bande annonce du film ⇓

 

L’Espace. Un lieu dont le cinéma ne se lassera sans doute jamais. On ne compte plus le nombre de films, de documentaires et de séries qui mettent en avant cet endroit qui regorge de secrets.

Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les médias ne se sont pas tant que cela approprié la mission Apollo 11. Quelques semaines après l’événement, Norman Mailer sort un roman intitulé Bivouac sur la Lune. Entre 1969 et 1970, un certain Theo Kamecke réalise un documentaire sur la mission mais c’est seulement le 30 juillet 2014 que Moonwalk One sortira en France. Sorti le 17 octobre 2018, First Man se classe alors comme le premier biopic sur Apollo 11.

Par le réalisateur de La La Land

Vingt-trois ans après le film Apollo 13 de Ron Howard avec notamment Tom Hanks, Bill Paxton et Gary Sinise, qui met en avant la troisième mission du programme Apollo, Damien Chazelle s’attaque à la premier mission : Apollo 11. Le réalisateur de La La Land convoque une nouvelle fois Ryan Gosling, et lui offre ce qui sera sans doute l’un des rôles les plus importants de sa carrière. Une affiche qu’il partage avec entre autres avec Claire Foy, Jason Clarke et Ciaran Hinds.

A l’instar d’Apollo 13, First Man ne se présente pas comme un film catastrophe mais comme un biopic. Pourtant, les premières minutes du film nous plonge dans une ambiance assez angoissante. C’est un des points positifs de First Man que j’ai pu relevé. Il accroche le spectateur à son siège et ne vous lâche (presque) jamais. Quelques scènes, sans pour autant les dévoiler, vous replongent dans cette même ambiance angoissante et permettent d’oublier les quelques longueurs que le film peut malheureusement avoir. Des longueurs qui ont pourtant une importance capitale car elles permettent de garder le caractère humain du personnage principal, Neil Armstrong.

Même si beaucoup de films nous propose l’Espace comme décor, First Man, visuellement, nous offre des images à couper le souffle. Personnellement, j’ai eu vraiment cette impression de vivre chaque voyages avec les personnages. Des images qui valent le coup de voir ce film au cinéma, selon moi.

Ryan Gosling, le rôle de sa vie ?

On le sait, Neil Armstrong était un homme passionné et c’est là que le talent de Ryan Gosling doit rentrer en jeu. Arrive t-il a nous renvoyer cette image de l’astronaute ? La réponse est oui, un grand OUI, même. Dire qu’il ne joue pas parfaitement son rôle serait faux, même si je pense très honnêtement qu’il aurait pu crever un peu plus l’écran. En revanche, lorsqu’on ne connait pas l’histoire personnelle de Neil Armstrong, on est surpris par le côté humaniste de l’astronaute.

Une mission au péril de sa vie…

Sous deux formes bien distinctes. Sa vie, à lui, et sa vie de famille. En effet, une des facettes qu’il est intéressant d’observer et de comprendre est celle de la place de Neil Armstrong en tant que père. Avant son engagement pour la mission, un événement tragique secoue la famille. Des faits réels, qui ont eu un impact sur la décision de l’astronaute. Il y a donc volonté pour le réalisateur de tout raconter, mais sans tomber dans l’ennui.

Malgré que Neil Armstrong passe du temps chez lui, avec sa femme et ses enfants, il y a très peu de moments complices entre eux. Ce sont des passages du film où il ne se passe quasiment rien et où le spectateur est partiellement confronté à de simples gestes et regards. Janet Armstrong, pourtant respectueuse et admirative, semble blessée par la décision de son mari, celle d’accepter la mission.

Les quelques longueurs se manifestent par ces scènes familiales, qui ralentissent le rythme mais qui, comme je l’ai dit précédemment, sont essentielles au film. [SPOILER] La scène où Janet Armstrong, sa femme, lui demande d’expliquer explicitement à leurs enfants qu’il est possible qu’il ne revienne jamais est particulièrement touchante. Pour la deuxième fois, après la mort de sa fille, le spectateur est confronté aux failles du personnage. Ému, il s’identifie à lui et ne le voit plus simplement comme un astronaute. [SPOILER] Cette thématique clôt le film. On veut avant tout mettre en avant l’humain plutôt que l’astronaute. Celui qui, malgré les épreuves, malgré la mission, qui ne garantissait pas sa survie, a réussi à préserver sa famille, à préserver son rôle de père.

La scène tant attendue

Avant de conclure, j’aimerais évidemment revenir quelques instants sur la scène des premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune. Sans trop en dévoiler, cette scène est très poétique et capte l’attention du spectateur. La lenteur des gestes du personnage et des déplacement de la caméra permet de nous plonger directement dans le moment présent. Comme le personnage, on est totalement captivé par la beauté de ce qui nous entoure. Neil Armstrong laissera sur la Lune un objet personnel. Cette scène est sans aucun doute la plus marquante du film bien qu’on ignore sa véracité.

En conclusion, je n’ai plus qu’une seule chose à vous dire : Courrez voir ce film au cinéma tant qu’il est encore temps !

 

Ma note pour ce film sera donc de : 8/10

J’espère que cet article vous a plu ! Dîtes-moi ce que vous avez pensé de ce film en commentaire, ça me ferait très plaisir !

Cordialement

Patoche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *